Psy-magazine-breton

Se poser les bonnes questions

La colère et la frustration sont des émotions humaines universelles, mais cela ne veut pas dire que vous devez être victime de sentiments négatifs.

En tant qu’adultes, nous avons l’obligation envers notre famille et nous-mêmes d’éviter de laisser nos émotions prendre le meilleur de nous-mêmes.

Regardons les choses en face. C’est dur d’être parent ! Lorsque vous répétez à votre enfant pour la millionème fois d’éteindre la lumière de sa chambre et qu’il n’entend pas. Vous pouvez avoir envie de vous tirer les cheveux.

De nombreux parents expriment leur colère et leur frustration en criant après leurs enfants. Ce n’est pas parce qu’ils le veulent nécessairement, mais parce que parfois ils sont tellement débordés qu’ils perdent le contrôle.

D’autres fois, il peut être plus facile de brailler que d’apprendre des stratégies pour devenir un parent plus calme.

Des études montrent que le fait de crier rend les enfants plus agressifs, physiquement et verbalement.

En tant que parent, le fait d’élever la voix au point de crier effraie les enfants et les rend peu sûrs d’eux

Il a été démontré que cela  cause des effets à long terme, comme l’anxiété, une faible estime de soi et une agressivité accrue. Un parent calme est rassurant, ce qui fait que les enfants se sentent aimés et acceptés malgré un mauvais comportement.

En tant que parent, il y a beaucoup de réponses que vous pouvez choisir lorsque vous êtes confronté à une situation qui fait bouillir votre sang. Trouver la paix est possible !

Apprenez à gérer votre colère et à trouver une solution pacifique à l’aide de ces stratégies.

9 règles pour aider les parents à ne pas s’énerver

1. Considérez les conséquences négatives  de la colère

Il est tentant de courir avec votre exaspération à court terme, mais céder à la rage peut causer encore plus de problèmes.

Avant de vous en  prendre à vos enfants ou  de mettre en place  des mesures appropriées, réfléchissez à la façon dont les choses se passeront lorsque la fumée se dissipera.

2. Donnez-vous un temps mort

Les temps morts ne sont pas seulement pour les jeunes enfants. Les adultes ont aussi besoin de temps morts ou de courtes pauses pour se calmer. En prenant de profondes respirations, donnez-vous quelques minutes pour permettre à un niveau de raison de revenir à votre esprit. Vous serez dans un meilleur endroit pour prendre des décisions parentales appropriées.

3. Le cas échéant, laissez les membres de votre famille se tromper

Ce n’est pas votre travail de prouver que quelqu’un a tort ; laissez-les simplement se tromper. Si vous avez un fort désir de leur montrer qu’ils sont incorrects, c’est votre ego qui aboie.

Bien sûr, il est de votre responsabilité en tant que parent d’éduquer vos enfants entre le bien et le mal.

Cependant, vous ne pouvez pas contrôler les choix qu’ils font et, en fin de compte, ils devront apprendre des conséquences lorsqu’ils commettent des erreurs de jugement.

4. Décidez ce qui est le plus important : être heureux ou avoir raison

Beaucoup d’arguments sont le résultat du désir d’avoir raison. Si vous choisissez d’être heureux plutôt que de gagner toutes les discussions animées avec vos enfants, votre vie sera plus agréable et vous deviendrez un parent plus détendu dans l’ensemble. Qu’est-ce qui est le plus important pour vous ?

5. Prenez une minute pour remarquer votre colère

Au lieu de réagir sans réfléchir à votre frustration, prenez un moment pour l’examiner. Imaginez que vous êtes un tiers témoin de votre irritation et de votre agacement. Qu’est-ce que vous ressentez ? D’où vient l’émotion dans votre corps ? Sentez-vous une sensation dans votre tête, votre poitrine ou votre estomac ? Votre respiration a-t-elle changé ? Vos mains tremblent ou serrent les mains ? En vous désengageant de votre colère, vous pouvez acquérir une perspective différente et affaiblir vos émotions négatives.

6. Demandez-vous pourquoi vous êtes contrarié

Quelqu’un vous a-t-il fait du mal physiquement ? Ils vous ont laissé tomber ? Violer une de vos valeurs ? Trouvez pourquoi vous êtes frustré et vous serez en mesure de prendre les mesures nécessaires pour trouver une solution.

7. Concentrez-vous sur l’ensemble du tableau

Imaginez que vous saviez que le monde prendrait fin vendredi prochain. Seriez-vous contrarié si votre enfant n’accrochait pas son sac à dos ? Bien sûr que non.

8. Cherchez des solutions, plutôt que d’essayer de vous sentir mieux

Agir en colère, c’est se sentir mieux. Plutôt que de crier après vos enfants, par exemple, travaillez à trouver une solution pacifique. Le résultat sera bien meilleur et en vaut la peine.

9. Assurez-vous de bien comprendre la situation

Pourquoi se mettre en colère contre vos enfants avant de connaître les faits ? Assurez-vous qu’il ne s’agit pas d’un problème de communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *